mardi 1 juillet 2008

Avanie arrache des dents

Ayant passé la plus grande partie de ma vie dans un pensionnant dirigé par des bonnes-sœurs, en Suisse, j'ai appris que, bien entendu, mentir c'était mal.
Dieu l'a décrété, les bonnes-sœurs nous l'ont fait répéter en boucle, Mère me l'a rabâché. Soit.

Ainsi, pendant des années je me suis exercée à la sincérité.

J'annonçais, poliment :
"Mère, je trouve que vous avez grossi. Ou alors, c'est votre robe qui ne vous sied guère.
Mon père, ravi, s'écriait :
- Eusebia, écoutez votre fille puisque la vérité sort de la bouche des enfants !"

Mais mère me fusillait du regard et ne m'adressait plus la parole pendant trois jours.

De même, lorsque je répétais à la Mère Supérieure que mon père la surnommait "Le vieux chameau", je me voyais privée de récréation des semaines entières.

J'ai vite compris que la vérité devait parfois être passée sous silence.

Dans certains cas, il est même nécessaire de mentir, de vive voix.
Hélas. Que ceux qui ne sont pas d'accord prennent ma place, à la tête de quelques domestiques, mariée et mère, entourée de cousins aux mœurs légères.

Que dire lorsque mon époux, lors de notre nuit de noces, penaud, m'a demandé si j'étais déçue ?

J'ai protesté : "Côme adoré, pardonne mon silence mais je suis tellement comblée, au contraire, que je ne trouve de mots assez grands pour décrire ce que j'ai ressenti."

Le lendemain, il m'a offert un nouveau diamant.

J'ai eu, depuis quelques années que je suis devenue Madame de, l'occasion de parfaire mes réponses, prétextes et autres entorses à la vérité.

Toutefois, lorsque Shana, de retour, aujourd'hui, s'est enquise, des braises dans les yeux :
"Dites-moi que nous recommencerons, c'était délicieux... Je vous aime !

Je n'ai su que lui rétorquer :
- Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler."

Puis je lui ai annoncé qu'Aloysius avait déjà émis une selle, au lever.




9 commentaires:

Daydreamer a dit…

mais c'est qu'elle se permet des libertés, en plus!
le personnel, aujourd'hui, n'est plus ce qu'il était... y'a pas...

Avanie a dit…

Merci de votre compréhension Daydreamer !

Doume a dit…

Aloysius c'est le cheval ?
joli nom en tous cas, à méditer pour les jeunes et futures mamans... "mères" c'est un peu vieille France non ?
pensées coquines...
salut ! Doume

Gaël a dit…

cette robe est trés sincère en tout cas !

Al a dit…

Je ne comprends plus rien...
Ce titre, là ?
Et puis un billet où l'on ne parle plus du tout de mensonges... Juste des vérités dites diplomatiquement... Comme il se doit...

C4lixte a dit…

Ca faisait un bout de temps que Framboise et moi on se posait la question.

"je ne trouve de mots assez grands"... décidément y'avait rien d'assez grand pour ressentir quoique ce soit.

Je suis obscène, je sais (et j'aime bien ça).

Avanie a dit…

Doume, très cher, ne soyez pas grossier, vous savez très bien qu'Aloysius est mon fils ! Je suis d'accord avec vous en ce qui concerne le mot "Mère" mais la mienne est très à cheval sur les convenances vieille France... Justement !
Mon fils, lui, m'appelle "Maman".
Quant à vos pensées, et bien, je vous en renvoie de plus sages, bien sûr.

Gaël, N'est il pas ?

Al, Soyez le bienvenue sur ce modeste blog familial ! Je crois que, comme moi, vous avez compris que les mensonges - je ne parle pas de ceux que Framboise raconte à ses pauvres parents - sont nécessaires, surtout lorsqu'on est soucieux de convenances et de bienséance. Merci !

Calixte,

Je ne comprends pas que vous ne laissiez pas en paix mon pauvre époux. Que vous a-t-il fait pour que vous vous moquiez de la sorte à la moindre occasion ?

C4lixte a dit…

Il s'agit juste de la garder sous pression. Ensuite, quand nous (je parle de Framboise et moi, je n'ai pas encore le nous majestatif) sommes en sa présence, il est vraiment trop funny de l'agacer.

Sa calvitie devient toute rouge en commençant par les bords pour aller vers le centre et il y a cette petite veine qui apparaît sur sa tempe. Tu sais, en haut à gauche.

Voilà ^_^

PS : Je déteste tous mes collègues qui partent en vacances.

Doume a dit…

j'essayais de ;-HA, blaguer...
pas "grossier" du tout, rapport à l'histoire...
Note que : mon troisième prénom, le prénom de mon papa (père) aussi, est : Aloyse...
je ne "froisserais" plus c'est promis, ou "je ne ferai plus d'humour"...
bonne fin de semaine !